Chaque année, octobre devient rose pour nous ouvrir les yeux sur la réalité du cancer du sein. Cette période rappelle l’importance de tester les femmes. Pourquoi ? Car cette pathologie reste la forme de cancer la plus meurtrière chez la gent féminine. Après avoir effectué plusieurs tests, les chances de survie d’une femme augmentent considérablement.

Cancer du sein : l'importance de se faire déposer à temps !

Pourquoi se faire tester ?

Le cancer du sein arrive chaque année en tête de liste des types de cancer les plus meurtriers et les plus courants. En 2018, il a reçu au moins 58 000 nouveaux cas et 12 000 victimes. Ainsi, il devance le cancer colorectal et le cancer du poumon.

Cependant, c’est une pathologie qui se soigne bien si elle est détectée tôt. En participant au visionnage à un âge précoce, les chances de guérison d’une femme sont considérablement augmentées. Cela concerne 9 femmes sur 10. De plus, elle peut recevoir des traitements moins agressifs, moins sévères et laissant moins de séquelles.

Un diagnostic précoce vise à améliorer le pronostic de survie. Une autre raison est que le cancer du sein est plus facile à traiter en combinant les effets de traitements plus doux avec des fruits et légumes, ainsi qu’un exercice modéré.

Visionnage : oui, mais quand ?

Le dépistage précoce du cancer du sein commence à 25 ans chez les femmes. A cet âge, nous recommandons essentiellement un examen clinique annuel par palpation avec un médecin.

Pour les femmes de moins de 50 ans ayant des antécédents familiaux ou personnels, une anomalie génétique ou un risque élevé de cancer du sein, un examen individuel est recommandé. Nous sommes considérés comme un facteur de risque de règles précoces, de grossesse tardive (après 35 ans), de retard de ménopause ou de traitement hormonal de la ménopause.

Ainsi, les personnes intéressées ont droit à un suivi spécifique et à une prise en charge complète des examens requis par leur oncogénétiste ou gynécologue.

Pour les femmes de 50 à 74 ans sans antécédents familiaux ni caractéristiques cliniques particulières, une mammographie tous les 2 ans est plus que suffisante. Les sujets de cette tranche d’âge peuvent bénéficier d’un dépistage organisé (le programme est mis en place par les agences gouvernementales depuis 2004)

Dépistage : examens à faire

La détection du cancer du sein se fait d’abord par autopalpation. Après cela, un réflexe se produit : consulter un médecin dans les cas suivants :

  • Le phénomène d’une grosseur, d’une rougeur, d’un gonflement, d’une couleur de peau orange ou d’une douleur locale dans la poitrine
  • Écoulement sanguin, eczéma, rétraction inhabituelle du mamelon
  • Œdème ganglions lymphatiques palpables sous les aisselles

Pour déterminer la nature de l’écart par rapport à la norme, le médecin procède à des examens cliniques. Il peut commander une mammographie. Complétez les études avec une échographie mammaire, une IRM ou une biopsie. Dans le cas d’une mammographie récente (moins de 2 ans), le médecin peut immédiatement envisager une échographie.

Une mammographie consiste en deux images radiographiques de chaque sein, en avant et en oblique. Il vise à détecter les microcalcifications dans le sein. D’autre part, l’échographie utilise un processus d’échographie pour détecter toute trace de nodules ou de croissances dans le sein.

Cancer du sein : l’importance d’effectuer des tests en temps opportun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *